Hilary Agro est une étudiante en anthropologie à la Western University du Canada, qui fait ses recherches sur l’utilisation récréative de la MDMA en Ontario (Canada).

Elle a mis en place cette liste partielle de la littérature qu’elle étudie. La plupart de ces articles viennent des disciplines de sciences sociales (anthropologie, sociologie, psychologie, etc.) car elle est elle-même une anthropologiste médicale, mais on y trouve aussi quelques articles sur la biologie, la chimie et la psychiatrie. Ces articles font part de l’expérience des utilisateurs, des patterns dans les usages, de la perception des risques, de la réduction des risques, des cultures associées, etc. Les méthodes utilisées sont en général des sondages, des entretiens et des recherches ethnographiques.

Si vous avez des questions pour Hilary Agro, que vous voulez en savoir plus sur ses recherches, que vous avez besoin d’accèder aux pdf ou que vous êtes juste curieux à propos d’un point en particulier et avez besoin d’un conseil pour savoir quel article intéressant est à lire, vous pouvez la contacter directement sur reddit : Composer un message pour Hilary Agro sur Reddit.

Quelques notes par Hilary Agro :

  • Il y a une étoile sur les articles qu’elle trouve particulièrement intéressants
  • Comme vous pourrez le constater, Geoffrey Hunt est son chercheur favori. Les recherches de Lindquist sont absolument fascinantes, il étudie l’utilisation de la MDMA chez les travailleurs immigrés et les travailleurs du sexe en Indonésie – avec quelques trouvailles vraiment inattendues. Rosenbaum 2002 est une bonne vision globale de l’histoire, la politique et la manipulation médiatique de l’Ecstasy, et de quelles façons les médias et la réaction du gouvernement ont compromis la réduction des risques et sécurité.
  • Les recherches sur l’utilisation récréative de la MDMA est fortement tournée vers le contexte des raves pour un certain nombre de raisons évidentes; Hilary Agro aurait aimer pointer ses propres recherches plutôt vers l’utilisation de la MDMA à la maison pour examiner les différences, mais ça n’a pas été possible pour l’instant à cause de son processus éthique.
  • Les chercheurs adorent utiliser le terme ‘ecstasy’, un terme que la plupart d’entre nous avons rejeté. C’est utile d’une certaine façon, quand on sait que plus de la moitié des pilules vendues en festival ne contiennent pas de MDMA, mais plutôt un cocktail de produits chimiques similaires, suivant ce que le dealer peut offrir… Hayner (2002) parle de ce même sujet.

About alx

No Comments

Be the first to start a conversation

Leave a Reply

  • (will not be published)